Rien ne t’efface

Quatrième de couverture :  Juin 2010 : Esteban, dix ans, disparaît sur la plage de Saint-Jean-de-Luz. Personne n'a rien vu.
Juin 2020 : sa mère, Maddi, a refait sa vie mais la douleur et l'incompréhension sont toujours là. Elle revient en pèlerinage au Pays basque et, sur la même plage, reconnaît Esteban. Ou son jumeau parfait, Tom, un enfant de dix ans. Maddi quitte tout pour découvrir l'identité de ce garçon et s'installe dans son village, à Murol, en Auvergne.
Elle, si rationnelle, peut-elle croire à l'impossible ?
Esteban serait-il devenu Tom ?
L'histoire se répéterait-elle ? Tom est-il en danger ?
Maddi est-elle la seule à pouvoir le protéger ?

Mon avis :  On rencontre Maddi Libéri lors de la disparition de son fils Esteban à Saint-Jean-de-Luz. 10 ans plus tard, Maddi revient sur les lieux de la disparition de son fils. Elle y aperçoit un enfant qui lui ressemble étrangement. Elle se met alors à la recherche d'informations sur son identité et sur sa vie. Elle décide de déménager en Auvergne pour se rapprocher de lui. Elle se rend alors compte que cet enfant ne partage pas seulement une ressemblance physique avec son fils mais qu'ils ont de nombreux points communs...

Ce roman se lit très facilement. Les chapitres sont courts, les pages se tournent rapidement. On veut connaître les raisons de tout ce qui se passe. On cherche à comprendre l'origine de toutes les ressemblances entre les deux enfants.

Malheureusement, à la fin de cette lecture, j'en ressors déçue. L'intrigue manque de crédibilité et de cohérence. Je n'ai pas apprécié que l'auteur n'ait pas joué le jeu avec le lecteur concernant l'âge d'un des personnages principaux. De nombreux indices laissés au fil du roman ainsi que le langage utilisé laissent penser volontairement que ce personnage a un tout autre âge que ce que l'auteur nous révèle finalement.

J'ai lu et aimé plusieurs romans de cet auteur. Ce thriller m'intéressait beaucoup mais c'est finalement une déception.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.